L’héroïsme du Juste

Prolongeant une tradition rabbinique, l'État d'Israël a créé le titre de Justes des Nations pour honorer les non-Juifs qui, par des actions individuelles ou des chaînes de solidarité, ont sauvé près de 300 000 Juifs de l'extermination lors de la Shoah.

Ces Justes sont honorés au Mémorial Yad Vashem, sur la colline du Souvenir de Jérusalem. Parmi eux, de simples citoyens, des fonctionnaires, des soldats (certains sont Allemands), des diplomates, des membres de communautés religieuses et le gouvernement danois qui a sauvé tous ses citoyens juifs en les évacuant en Angleterre avant l'invasion nazie.

La notion de Juste a été popularisée par le film de Spielberg, La Liste de Schindler (1993).

D'autres génocides ont vu triompher le courage d'individus. Des diplomates et de nombreux étrangers ont été reconnus comme des Justes par les Arméniens, de même que des hauts fonctionnaires et des maires qui ont refusé d'appliquer les ordres d'extermination.

Au Rwanda, au plus fort du génocide, le Hutu Paul Rusesabagina a accueilli et protégé dans l'Hôtel des Mille Collines plus de 1 200 personnes vouées à la mort (comme le relate le film Hôtel Rwanda).

Tous ces héros, le plus souvent méconnus, prouvent par leurs actes que, même seul, la résistance est possible : on peut agir et apporter une aide à des persécutés. Les Justes sont des exemples de moralité et d'idéal humanitaires.